fbpx

Outback Australie en famille

Découvrir l'outback en australie avec des ados

Depuis que je suis tout petit, j’ai toujours été un grand passionné de l’Australie. L’opéra de Sydney, l’outback et son désert rouge, les milliers d’espèces d’animaux peuplant le pays m’ont toujours énormément attiré. Plus je grandissais plus un autre visage de l’Australie m’a tout particulièrement intrigué, le désert australien. Alors, lorsque ma mère m’a annoncé en 2017 que nous partirions visiter ce territoire, je ne pouvais pas être plus heureux.

Table des matières

Qui se cache derrière cet article

David a passé un moment à nos côtés en stage. Naturellement nous parlions beaucoup de voyages. Nous lui avons proposé de nous parler de son expérience en Australie en famille, particulièrement l’Outback qui l’avait marqué. 

On vous laisse découvrir son aventure!

Pourquoi ce voyage en Australie ?

Il faut que savoir que ce voyage est le premier pour moi hors de l’Europe. A cette époque, j’avais voyagé uniquement dans des pays proches de la France : Italie, Espagne, Allemagne, Angleterre, Portugal et Pays-Bas. C’est également la première fois que je prends l’avion (et pas la dernière).
Le choix de l’Australie a été très simple. Dans notre famille (composée de ma mère, mon beau-père, mon frère, ma sœur, mon demi-frère, et moi), nous avons toujours privilégié les destinations symbolisant l’été : chaleur, plage, mer. Ma mère a souhaité que l’on partage des moments forts ensemble pour ce qui allait s’avérer être notre dernier voyage commun. Avec mes frères et ma sœur, âgés de 16 à 19 ans, nous commencions, à ce moment-là, à rentrer dans l’âge adulte et faire notre vie de notre côté. C’est aussi pour cette raison que ce voyage m’a tellement marqué.
L’histoire que je vais vous raconter ne correspond pas à l’intégralité de notre voyage. Notre périple australien a duré 2 semaines, du 16 juillet au 31 juillet 2017, et nous sommes restés 5 jours dans l’outback australien. En plus, de découvrir ce territoire, nous avons choisi d’aller dans l’Est et le Nord du pays à Sydney, Cairns, Brisbane et Port Douglas. Ce n’est qu’après avoir visité Sydney, au bout du 5ème jour de notre voyage, que nous avons pris un vol direction Alice Springs. 

Arrivée d'ans l'outback Australien, les surprises commencent !

L'atterrissage à Alice springs

Il est 11h30 du matin, cela fait environ 2h30 que nous sommes en train de voler au-dessus de l’Australie, lorsqu’une hôtesse de l’air nous informe que l’avion va bientôt atterrir. Etant assis près du hublot, je suis surpris car je ne vois absolument rien d’autre que du sable à l’horizon. Plus l’avion descend pour arriver jusqu’à la piste d’atterrissage, plus je me demande si le pilote ne s’est pas trompé d’aéroport. L’avion atterrit alors sur une toute petite piste d’atterrissage où il n’y a rien, mis à part une tour de contrôle et quelques petits baraquements. Tout comme moi, les autres passagers sont surpris par le côté rudimentaire de l’aéroport et la chaleur étouffante a laquelle nous faisons face. Cette chaleur a été très perturbante car, même si à Sydney les températures étaient déjà élevées, elle était sèche.

Précédent
Suivant

Les routes de l'outback : direction Ayers rock

Après avoir fini de remplir les derniers papiers pour pouvoir obtenir notre voiture de location, nous commençons à rouler vers Ayers Rock où se trouve notre premier hébergement. 

Ayers Rock est un endroit très prisé des voyageurs car il y a d’immenses canyons où la vue est imprenable sur le désert Australien. Pour pouvoir se rendre dans cette ville, il faut rouler pendant près de 5h sur des routes plates de l’outback. Le trajet était absolument exceptionnel. Se retrouver seuls au milieu de la nature pendant de longues heures donne une sensation de liberté absolue. Il faut savoir que la caractéristique du désert Australien est que le sable est totalement rouge et qu’il n’y a aucun relief (ou presque). L’aspect d’aventure et d’exploration est encore plus au rendez-vous lorsque nous nous rendons compte que nous allons devoir nous repérer à l’aide d’une carte. Et oui, il n’y a aucun réseau au fin fond de l’Australie. Plusieurs fois, nous avons croisé des dingos, marchant près de la route. Le dingo comme une sous-espèce de chien et de loup et peut-être très dangereux lorsqu’il se sent en danger, c’est pour cela faisions très attention lorsque nous prenions l’air sur le bord de la route.
En fin de journée, après avoir profité de cette traversée et avoir pensé s’être perdu un nombre incalculable de fois, nous arrivons enfin à notre hébergement.
Ce qui m’a vraiment marqué lors de ce premier jour dans le désert australien, c’est le contraste qu’il y a avec Sydney, que nous avions visité la veille. Sydney est une ville très dynamique, où il y a toujours quelque chose à faire. A l’inverse, dans le désert, il n’y a presque aucun point d’eau et les stations essences se trouvent à 300km les unes des autres. Se dire que ces deux lieux se trouvent dans le même pays est fascinant.

Précédent
Suivant

Première rencontre avec les aborigènes

Précédent
Suivant

Après avoir passé une nuit très confortable, nous sommes allés à la rencontre des aborigènes. Les aborigènes sont des personnes très accueillantes, toujours souriantes et bienveillantes même si ils peuvent être parfois méfiants. Ils possèdent une relation particulière avec l’Australie. Présentes sur le territoire depuis environ 40 000 ans, ces tribus semi-nomades disposent d’une culture et d’une tradition unique. Il était alors pour nous primordial de respecter totalement les différentes communautés que nous allions rencontrer.
Sur le territoire, ils détiennent plusieurs boutiques où l’on retrouve des habits et des armes de chasse traditionnels comme le boomerang. Le boomerang est un emblème de l’Australie et il est, par conséquent, l’objet phare des boutiques aborigènes. On en trouve de tous les motifs et c’est un incontournable lorsque l’on veut ramener un peu d’histoire chez soi (le mien se trouve au-dessus de mon lit et dispose d’un papier où il est écrit en anglais : ce boomerang a été réalisé à la main par un artiste aborigène et est représentatif des traditions et de la culture des artistes transmis depuis des milliers d’années). Si je vous parle tant des boomerangs, c’est qu’ils sont la fierté absolue des aborigènes. Ils apprécient tout particulièrement vous conter leurs histoires, la façon dont ils étaient utilisés autrefois et vous invitent même à les tester. Je tiens quand même à préciser que malgré les croyances générales, le boomerang ne se lance pas à l’horizontal mais à la verticale (à la différence du frisbee). 

Hébergement chez l'habitant immersion garantie !

Lors de notre troisième journée dans l’outback, nous avons décidé de nous imprégner totalement de la vie des résidents en louant un hébergement chez l’habitant. Avant d’habiter dans cette maison, nous n’avions dormi que dans des hôtels ou des resorts, l’expérience a alors été d’autant plus dépaysante.
Après plusieurs heures de routes à sillonner les routes couvertes de sable rouge, nous arrivons à notre hébergement. Nous sommes arrivés en pleine nuit dans un endroit perdu au fin fond de l’Australie, alors, autant vous dire que nous avons connu beaucoup de surprises. 

Après avoir cherché le propriétaire pendant près d’une heure (car il avait oublié notre venue), nous récupérons les clés de notre logement et le visitons seuls. La maison était très vieille et très peu entretenue (la maison était tout de vieux bois, les portes avaient plusieurs trous et ne se fermaient pas complètement pour certaines et l’isolation n’en parlons pas). Autant la description ne fait pas rêver, autant nous étions aux anges car cela nous correspondait totalement. Nous voulions partir à l’aventure la plus totale. Le problème lorsqu’un hébergement n’est pas isolé, qu’il ferme mal…et que l’on est dans le désert Australien, c’est que l’on peut faire des rencontres plutôt incongrues.

Top 3 des rencontres incongrues

Tout d’abord, en rentrant, nous visitons chacune des pièces de la maison. Ma sœur (qui a 2 ans de plus que moi) a la bonne idée de soulever la cuvette des toilettes. Quelle ne fut pas sa surprise lorsqu’elle tomba sur un énorme crapaud qui attendait simplement qu’on lui libère le passage. Autant dire que l’on a tout de suite entendu qu’elle n’avait pas effectué une très belle rencontre. Le crapaud a sauté des toilettes et nous l’avons fait sortir dehors avec une pelle.

Ensuite, mon frère, qui avait 19 ans en 2017, décide, je ne sais pour quelles raisons, d’aller dehors faire un tour. Très mauvaise idée. Un kangourou d’1m80 (soit 10cm de plus que lui), se tenait face à lui pret à effectuer un combat de boxe. Ces animaux ont la fâcheuse tendance de vouloir se battre tout le temps et avec n’importe qui. Heureusement, mon frère, possédant de très bons réflexes, ( et un sens de survie) s’est empressé de rentrer se mettre à l’abri.

Et parce qu’il fallait que tous les frères et sœurs testent leur rythme cardiaque, j’ai aussi eu le droit à ma petite frayeur. Après une journée fatigante, je décide d’aller tranquillement me coucher. Mais lorsque je soulève ma couverture pour dormir, deux magnifiques araignées noires y étaient logées. En temps normal, je les aurais juste mis dehors, mais, avec ce que je l’on connaît des araignées en Australie, je n’étais pas très confiant. Mon sommeil a été très léger pour le reste de la nuit.

Les deux derniers jours de notre périple dans le désert australien ont été beaucoup plus calmes. Nous avons fait de la randonnée autour du célèbre mont Uluru et visiter des villages aborigènes avant de décoller pour Cairns.

Précédent
Suivant

Billan de ce voyage au coeur de l'outback

Durant notre séjour, nous avons eu pour réelle volonté de connaître l’histoire de ce territoire. C’est pour cette raison que la rencontre avec les aborigènes a été aussi importante pour nous. Ces peuples ont beaucoup à partager, que ce soit pour leurs connaissances du désert que de leur culture (qui est à l’exacte opposée de la notre). La visite de villages aborigènes est un incontournable pour s’intégrer des traditions et de la culture locale. Ces villages représentent l’histoire de l’Australie.

Ce que je retiens de ce voyage

Les –

Ce voyage était extraordinaire et je pense, honnêtement qu’il ne possède aucun défaut. Mais, si je devais choisir un aspect qui a pu être désagréable par moment, je dirai la chaleur. C’est logique qu’il fasse très chaud dans un désert et que le temps soit sec. Néanmoins, parfois, cela en devenait un peu étouffant lorsque nous marchions durant de longs kilomètres.

Les +

L’expérience était tellement unique que j’ai pris du plaisir pour tout et n’importe quoi. Je voulais vivre une sorte d’aventure et là, j’ai été servis. Découvrir une nouvelle culture, se retrouver seuls dans la nature et dormir dans des hébergements locaux ont été une vraie expérience pour moi. Le mont Uluru m’a aussi énormément marqué. Cet immense rocher situé au milieu d’un désert vierge possède une histoire intime avec les aborigènes et je trouvais important de le voir de mes propres yeux.
Très certainement, ce voyage m’a permis de sortir de ma zone de confort, mais avant tout, il m’a rapproché davantage de ma famille. 

MAP_BLEU_TRANSPARENT
Les articles du blog de nos voyages
Ces articles pourraient vous interesser :

Le salar d’Uyuni et l’Altiplano notre itinéraire au cœur des paysages immenses de Bolivie. 

En famille au cœur de la plus grande zone humide du monde, découverte des animaux sauvage. 

MAP_BLEU_TRANSPARENT

1, 2, 3 partez !

L'Australie et particulièrement la découvrete de l'outback vous tente ?

Vous aussi seriez tenté de découvrir l’Australie ou un tout autre voyage ? Vous ne savez pas trop comment organiser un tel voyage, ou tout simplement vous manquez de temps ? Pas de panique prenons le temps d’en discuter, je peux constrire ce voyage pour vous.
MAP_BLEU_TRANSPARENT

Nous suivre sur Instagram