Road trip ouest américain 1 mois

road trip cote ouest USA

Les Etats Unis se prêtent facilement au road trip. Les vastes étendues qui composent cet immense pays nécessitent de se doter d’un moyen de transport et de sillonner ses routes.

En mars-avril il fait encore un peu frais dans l’ouest Américain, il nous a donc fallu adapter notre sélection de parcs.

Table des matières

Qui se cache derrière cet article

Nous avons voyagé avant les enfants, avec les enfants puis quand Eric et Luc ont grandi (7 et 5 ans) nous sommes partis en tour du monde en pleine pandémie de COVID-19. De retour nous continuons les voyages et Pascale à crée REVAOA Travel planner et  vous accompagne maintenant dans l’organisation de vos voyages sur mesure.

Comment organiser un road trip sur la cote ouest USA d'un mois

Dans un tour du monde vous changez de maisons très souvent. Nous avons donc choisi l’option camping car, qui, pour nous, était synonyme d’une forme de liberté et permettait à tous de reprendre un peu ses marques dans un espace qui nous appartenait.

Il ne faut pas se bercer d’illusion, les camping-cars sont une belle option pour faire un road trip mais cela reste malgré tout onéreux.

Il faut calculer son itinéraire en ayant en tête que ces engins consomment pas mal.

Certaines familles avec qui nous avons échangés avaient elles fait le choix de prendre une voiture et dormir dans des motels.

Nous avons choisi l’option camping sauvage.

Nous avons acheté une carte annuelle qui permet d’accéder ensuite à tous les National parks que vous souhaitez. C’est une offre très avantageuse si, comme nous, vous enchaînez au moins 3 parcs. La carte coûte 80$ et est très vite rentabilisée. Elle permet aussi de visiter des parcs que nous n’aurions pas forcément pensé visiter en premier lieu.

Un site web qui a été très précieux et qui complètera de façon brillante les guides que vous lirez : tripinwild.fr 

Même si leur profil n’est pas un profil “famille” ils ont répertorié de manière minutieuse et claire les nombreuses propositions des parcs qu’ils ont visités. 

Lire la vidéo

Est il facille de faire du camping sauvage aux USA?

Clairement OUI, sur 80% de notre road trip ouest américain nous avons trouvé de jolis endroits, parfois aménagés, dans des forêts nationales ou dans des espaces autorisant le stationnement temporaire.

Les Américains sont très habitués à voir des véhicules de loisir stationner sur un bas-côté de la route, une forêt… à quelques rares exceptions et plutôt à proximité des villes, peu de gens vivent dans des camping-cars.

Ils ne sont pas très inquiets dans la mesure où vous respectez leur espace privé.

A ce titre, l’application qui nous a été très utile pour trouver les bons spots et les infos : Ioverlander. Cette appli  (qui fonctionne également hors ligne)  permet de retrouver les stations de vidange, les emplacements gratuits et payants, les stations d’essence et de propane. C’est un principe de communauté active, il faut donc apporter sa pierre à l’édifice pour assurer des infos à jour et partager les bonnes adresses de chacun.

Les grands parcs américains sont-ils accessibles aux enfants?

Les familles sont vraiment les bienvenues dans les parcs. Les visitor centers sont des mines d’informations, de documentations… Il y a d’ailleurs un programme Junior ranger qui propose aux enfants, à l’aide d’un cahier d’activités, de partir à la découverte du parc.

En fonction de leur âge ils répondent à des questions, à des jeux… et se voient remettre ensuite, sur présentation de leur cahier bien rempli, un badge de junior ranger !

Normalement vous devez même, devant un ranger, jurer de protéger la nature et les animaux et d’être ambassadeur de cette bonne parole. On n’a pas la main sur la Bible mais c’est super sérieux !

Ces cahiers sont très bien faits et permettent aux familles de découvrir de façon ludique les parcs, de prendre le temps d’observer…

Question accessibilité physique, il faut tout de suite se dire que tout est quand même ultra aménagé. Il y a des toilettes sèches partout, des chemins pour la plupart très accessibles et bien balisés. Il faut aussi noter que les temps annoncés sur les brochures sont des temps de marche “américains” avec pause photo, grand père en léger surpoids et quart d’heure d’extase contemplative en mode « amazing » et « Oh my God »… Nous avons toujours fait les “trails” plus rapidement, parfois même en divisant par deux le temps de randonnée. Nous ne sommes pas des alpinistes donc soyez assez rassurés sur ce point.

Dernière chose quant à l’appellation de ces itinéraires : Trails. En France, un trail est une activité intense, physique et nécessitant un minimum d’équipements sportif. Dans les National parks, c’est une promenade. Demandez conseil aux visitor centers quant à la difficulté des chemins proposés ils ont l’habitude concernant les familles.

Précédent
Suivant

Notre itinéraire road trip ouest américain en 1 mois

Joshua National tree park en Californie

Après une rapide prise en main du camping car par Gaël nous voilà partis a l’assaut de notre premier parc. Malgré le froid le soleil nous réchauffe et nous découvrons les subtilités des parcs américains. Un petit tour au bureau des rangers pour les informations et les consignes. 

Ce parc est petit mais super chouette des randos accessibles, on profite des cactus, de ces arbres typiques jusqu’a ce que la pluie nous chasse. Eric passera valider son premier cahier de Junior ranger et les garçons obtiennent leurs premiers badges. ils sont trop fiers!

Tucson en Arizona

Cette fois-ci c’est avec Paty que nous allons découvrir le parc Sabino Canyon (qui n’est pas un national park mais était à côté de la maison de Paty) dans lesquels nous découvrirons une variété de cactus importante.

Ces végétaux, qui pour certains sont très âgés, offrent un paysage authentique et aride.

Parmi les petites surprises nous aurons aussi le plaisir de découvrir un animal mythique. Le bip bip… de bip bip et coyote. Ce petit oiseau a la particularité de changer de position avant de se mettre à courir. Cela lui donne une allure amusante.

Les sabajos, qui sont les cactus emblématiques de la région et du Mexique (voisin) ne sont présents qu’ici sur le territoire américain.

Nous profiterons tout le weekend de cet environnement étonnant et très agréable pour l’hiver. L’été cette région n’aurait pas été si simple à visiter. Paty et sa famille nous offrirons un moment d’hospitalité que nous avions presque oublié. Rester à table jusqu’à 15h un dimanche, et se régaler de la cuisine que son mari nous avait concocté …

Paty, qui a récemment obtenue sa nationalité française aurait pu sans conteste obtenir un passeport Breton si celui-ci existait tant elle connait et aime cette région. 

Phoenix en Arizona

Nous avions prévu de rendre visite à des amis de la famille de Gaël. Nous voilà donc en compagnie de Linda et David pour une petite promenade et la visite d’une ville cow-boy rénovée sur leur conseil.

Les ghost towns sont fréquentes dans l’ouest américains. Ces villes construites autour d’une ressource, souvent minières, accueillaient des habitants tant que les habitants y trouvaient du travail… puis quittaient les lieux petit à petit pour faire fortune ailleurs. Nous en découvrirons plusieurs le long du voyage, mais celle-ci a été rénovée et offre une ambiance sympa. Les enfants cherchaient les Daltons à chaque coins de rue.

Nous prendrons le temps du midi à discuter voyage. David et Linda, véritables globe trotters, en tandem avaient beaucoup d’anecdotes et de questions à partager.

David nous apprendra qu’a Phénix il n’était pas rare de voir en fin de journée des hommes à cheval se rendant au bar, pour la bonne raison qu’il peuvent ainsi rentrer un peu amochés sans craindre de soucis des shérifs… le cheval connaît le chemin du retour… 

Précédent
Suivant
Précédent
Suivant

Meteor Crater en Arizona

Découvrir un cratère de météorite reste une expérience rare et étonnante pour des Européens. Les sites touchés par les météorites se trouvent plus nombreux aux USA. Sur le chemin qui menait à Bryce Canyon nous avons donc décidé d’aller découvrir Meteor Crater. Ce cratère vieux de 50 000 ans et large d’environ 1,5 km au milieu d’un désert d’Arizona est une curiosité.

Son centre d’interprétation permet de découvrir différentes météorites et de comprendre la formation du cratère. Eric et Luc ont été très surpris du poids d’une toute petite météorite. La densité et les matériaux rendaient celle-ci particulièrement lourde : un bout plus petit qu’une balle de golf se révélait très lourd.

Les cartes d’impacts sur Terre, les photos des dégâts et des cratères formés semblent sortir de scènes de science fiction mais restent bien réelles.

Nous prendrons un moment à observer différents points de vue et jumelles le cratère, mais également a profiter de ce point haut pour admirer l’horizon immense et sauvage. 

Grand canyon National Park en Arizona

En plein spring break il a fallu nous armer de patience pour accéder au parc. Le covid ayant forcé les indiens Navajo à fermer l’accès à leur territoire, il ne restait qu’une porte d’accès à ce site emblématique.

Une fois cette longue queue terminée et le camping car stationné nous voilà enfin libres de partir découvrir le site.

J’étais un peu inquiète que nous nous retrouvions dans une foule compacte sur un site ultra touristique… Finalement la taille du canyon et l’immensité du site nous ont offerts une belle expérience de découverte sans pour autant être collés à une foule d’américains.

Il est difficile de se représenter l’immensité du canyon. Les photos ne permettent pas de rendre la perspective qu’offre le paysage. La lumière et les couleurs ne sont là que pour les yeux. Un horizon de canyon, de-ci de-là enneigés. Nous marcherons le long de celui-ci qui bien entendu est ultra accessible. Nous ne nous aventurons pas sur les promontoires glacés pour tenter un selfie dangereux mais préférons observer les écureuils grassouillets des restes de nourritures que les visiteurs laissent.

Ce parc est bien entendu un incontournable, mais il reste pleins de surprises, nous ne regrettons pas de nous y être arrêtés malgré la difficulté d’accès ce jour-là.

Nous nous sommes aussi arrêtés dans un site emblématique et souvent associé à Grand Canyon : Horseshoe bend.

Grand canyon est immense, et le parc national ne couvre pas l’intégralité du canyon. Horseshoe bend se trouve sur la localité de Page à quelques kilomètres du Lac Powell. C’est une petite promenade où tout le monde se presse, le point de vue est intéressant mais pour éviter la foule et la chaleur nous vous conseillons d’y aller tôt.

Bryce Canyon national park en Utah

Un véritable coup de cœur pour ce parc. Difficile de classer les parcs mais celui-ci, pour l’ambiance, le spectacle, les couleurs fait incontestablement partie de notre top 3 du road trip ouest américain.

Nous n’étions pas sûrs de pouvoir aller à Bryce car ce parc reste en altitude et souvent enneigé : avec un camping car…pas toujours simple. Mais nous avons profité d’une journée de soleil entre deux périodes de chutes de neiges.

Du coup c’est équipés de multiples couches de vêtements (la fameuse techniques de l’oignon bien connue des backpackers 😂) que nous nous sommes lancés à l’assaut du parc. La neige a un peu pimenté les choses puisque glissades, chemins partiellement fermés et boue étaient au rendez-vous. C’est donc un mélange des chemins les plus sympas que nous ont proposés les rangers.

Au final une boucle de plus de 8 km où la diversité des vues, les petits chipmunks, les oiseaux bleus, les passages dans les rochers ont vite fait oublier la distance.

Bryce est superbe dès qu’un rayon de soleil fait s’illuminer les teintes chaudes de ses roches. 

Précédent
Suivant

Coral pink sand dunes State park en Utah

Quand on cherche un lieu pour dormir on tombe parfois sur une pépite. C’est le cas de ce parc. Souvent nous avons été surpris de voir comment en quelques miles la nature change du tout au tout, en voilà encore une illustration.

Une dune aux couleurs cuivrées, rose qui se cache au milieu d’un petit bois. Une partie laissée libre pour la pratique du buggy que certains américains affectionnent… pour nous nature et sport mécanique (et bruyants) restent incompatibles. Mais pour que chacun y trouve son compte, l’État a aussi laissé une très vaste zone protégée et libre d’accès aux amoureux de la nature. Nous irons nous y réchauffer tel une famille de petits lézards. La finesse du grain est impressionnante et le vent de la nuit nous offre des dunes immaculées. 

Zion national park en Utah

Partout les Américains vantent les mérites de Zion, c’est un des parcs les plus populaires pour eux. Pour nous c’est une petite déception. Le parc bien que nous soyons en hiver, est bondé. Dès l’arrivée dans le village, les hôtels, commerces et prix du stationnement nous annoncent la couleur. L’attente à l’ouverture nous donne déjà quelques indications sur la fréquentation du site… Une fois sur place, on nous indique qu’il faut réserver un bus si l’on veut faire les randos. Réserver… désolé mais ne sachant pas où nous allons dans 15 jours depuis 8 mois c’est un concept qui nous avait échappé. Gaël en négociateur acharné finit par trouver une solution. Nous embarquons pour faire la randonnée Emerald lake (un monde de dingue autour d’un petit plan d’eau). La randonnée est agréable mais pas badaboom non plus. Alors il est certain que quand on enchaîne pendant des mois les merveilles que mère nature nous offre on devient exigeant…

Nous irons ensuite, en short et pieds nus, faire une partie de la randonnée des Narrow. Une rivière au cœur d’un canyon. A cette période il y a un peu de courant et l’eau est alimentée par la fonte des neiges. On nous a pris pour des fadas. Les garçons sont des Bretons si la génétique ne peut pas le prouver cette randonnée l’atteste. Pour ma part le rattachement à la Bretagne est en bonne voie mais j’avoue avoir sévèrement eu froid aux jambes. Je dois parfaire mon entrainement avec Martine pour ce qui est de la baignade…

Nous nous sommes arrêtés quand Eric à commencé a avoir de l’eau à mi cuisse. Cette rando doit être un régal de très bon matin et par temps chaud. 

Précédent
Suivant

Fire valley state park dans le Nevada

Un très joli parc d’état qui offre la possibilité d’observer les couleurs des roches ondulant et formant des dessins abstraits. C’est l’occasion encore une fois d’expliquer comment les plaques de la terre se rencontrent forment des montagnes et d’autres surprises géologiques.

Nous ferons une jolie promenade en plein vent, pour aller observer la vague. C’est une des petites stars du parc. Il y a également de superbes pétroglyphes (dont certains crétins ont jugé bon d’adosser leur noms) qu’il ne faut pas manquer. Luc tentera même une interprétation de ceux-ci en mode bande dessinée. 

Las Vegas au Nevada

Il aurait été dommage de passer à Las Vegas sans s’arrêter. De jour, cette ville artificielle est tristounette. Les rues défraîchies, la pauvreté et l’ambiance ne donne pas vraiment envie. Le soir, le monde et les néons la rende plus intéressante. Ce grand show ne s’anime qu’en fin de journée pour révéler ses lumières et ses excentricités.

Nous déambulerons sur le Strip, passant de casinos en casinos. Les enfants sont étonnés de voir autant de machines à sous ressemblant à des jeux vidéo. Eric repère même des tables de poker grâce à papi Michel. On sent que Luc tenterai bien une partie…

Nous quittons Las Vegas après 24h sur place avec le plaisir de retrouver la nature et les grands espaces.

Death valley national park en Californie

Death Valley est un parc à voitures. Je m’explique il y fait tellement chaud la plupart du temps que les chemins ont étés aménagés pour que de nombreuses observations se fassent en voiture et sous le confort de la climatisation. Il est d’ailleurs interdit aux camping cars de le traverser à certains moments de l’année et aux voitures qui n’auraient pas un certain volume d’eau.

Nous irons voir le lac de sel, je le déconseille aux personnes ayant été en Bolivie, difficile de tenir la comparaison. Nous observerons un coyote, des montagnes aux terres de toutes les couleurs et quelques petites randonnées. 

Précédent
Suivant

Sequoia national park en Californie

Cette fois-ci c’est la neige la vraie qui nous attend. Mais quel spectacle ! Une forêt dense, aux arbres envoûtants.

Nous trouvons une place dans un campground du parc et nous y resterons 3 nuits tellement le parc nous fascine.

Les enfants avaient envie de neige… pas facile d’être à la plage et en tong toute l’année … 😁

Nous ferons des randos, des bonhommes de neige, de la luge en sac poubelle… mais surtout nous irons observer les plus grands arbres du monde. Des petits trésors protégés et très surveillés. Il n’y a pas d’autre forêt dans le monde abritant des séquoias géants. Ces arbres sont tellement grands que nous perdons vite la notion de hauteur et de largeur quand nous sommes auprès de l’un d’entre eux.

La forêt est superbe, son joli manteau blanc accentue l’effet et renvoie la lumière.

Nous aurons même la visite de plusieurs troupeaux de biches mais malheureusement aucun ours à l’horizon. Il fait bien trop froid, ils restent hiberner bien au chaud. Les boîtes à ours et les panneaux nous donnent une petite idée de la cohabitation nécessaire entre les hommes et les ours. 

Précédent
Suivant

San Francisco en Californie

Ville de surf sur la côte ouest. C’est ici que le Duke formera à son art les californiens, faisant naître pour l’avenir et dans le monde des générations de surfeurs. Nous nous y arrêterons pour fêter l’anniversaire de Gaël. Nous observons les loutres jouant dans les vagues, parfois avec les pieds des surfeurs. Le bord de mer côté ville n’a pas grand intérêt en hiver. Mais d’après Gaël, les vagues longues sans fin valent le déplacement. elles sont d’ailleurs très prisée des longboards et des débutants;

Gael louera un Bodyboard et une combinaison pour une journée et profite comme il se doit de la journée de son anniversaire l’appel des vagues reste viscéral … même quand l’eau est glacée… les vagues étaient si bonnes qu’il ne se rappelle pas que l’eau était froide… 

Santa Cruz en Californie

Un véritable coup de cœur pour ce parc. Difficile de classer les parcs mais celui-ci, pour l’ambiance, le spectacle, les couleurs fait incontestablement partie de notre top 3.

Nous n’étions pas sûrs de pouvoir aller à Bryce car ce parc reste en altitude et souvent enneigé : avec un camping car…pas toujours simple. Mais nous avons profité d’une journée de soleil entre deux périodes de chutes de neiges.

Du coup c’est équipés de multiples couches de vêtements (la fameuse techniques de l’oignon bien connue des backpackers 😂) que nous nous sommes lancés à l’assaut du parc. La neige a un peu pimenté les choses puisque glissades, chemins partiellement fermés et boue étaient au rendez-vous. C’est donc un mélange des chemins les plus sympas que nous ont proposés les rangers.

Au final une boucle de plus de 8 km où la diversité des vues, les petits chipmunks, les oiseaux bleus, les passages dans les rochers ont vite fait oublier la distance.

Bryce est superbe dès qu’un rayon de soleil fait s’illuminer les teintes chaudes de ses roches. 

Précédent
Suivant
Lire la vidéo
MAP_BLEU_TRANSPARENT
Les articles du blog de nos voyages
MAP_BLEU_TRANSPARENT

Envie de partir en road trip USA?

Besoin d'un coup de pousse?

Vous aussi seriez tenté par un road trip ouest américain ou un tout autre voyageVous ne savez pas trop comment organiser un road trip, ou tout simplement vous manquez de temps. Pas de panique prenons le temps d’en discuter, je peux vous aider.

MAP_BLEU_TRANSPARENT

Nous suivre sur Instagram